Plus de légumes et de légumes secs, moins de charcuterie...

comment décrypter les nouvelles recommandations de l'ANSES! 

L’autre matin, au petit déjeuner, tout en se servant son verre quotidien de jus de fruits, mon mari a blêmi en écoutant le reportage radio présentant les nouvelles recommandations de consommations préconisées par l’ANSES, l’Agence Nationale de Sécurité Sanitaire de l’Alimentation et lui recommandant de ne pas abuser des jus de fruits!

Et moi de lui rétorquer... « Eh oui, il a aussi du sucre dans les jus de fruits,  trop de jus, trop de sucre! »

 

Du coup, il m’a incité à vous donner mon avis de diététicienne sur le sujet, histoire de donner des repères réalistes aux consommateurs que nous sommes !

 

Vous avez tous en tête les slogans comme « 5 fruits et légumes par jour », « manger ni trop gras, ni trop sucré »...

Après avoir revu l’an passé les repères concernant l’activité physique et la sédentarité, l’ANSES s’est sérieusement penché sur les repères de consommations établis depuis maintenant une quinzaine d’années. L’objectif étant de les revoir en tenant compte des habitudes de consommation, de la couverture des besoins nutritionnels, et dans le souhait de prévenir les maladies chroniques et de limiter l’exposition aux contaminants.

 

Je vous propose de les passer en revue !

 

  • L’importance de la place faite aux fruits et légumes : eh oui, c’est pas nouveau... Nos beaux fruits et légumes devraient avoir la première place dans notre alimentation, surtout les légumes ! Pour les assaisonner, de bonnes huiles végétales riches en omégas 3, comme les huiles de colza et de noix...

  • Quand au fameux jus de fruits, comme pour les boissons sucrées, ce sera moins d'un verre par jour. Au delà, on apporte trop de sucre et le jus ne remplacera jamais totalement un fruit frais, riche en fibres et en vitamines "originelles", ce qui n’est pas le toujours le cas pour les jus compte tenu des traitements qu’on lui fait subir ! Limiter le sucre des boissons est aussi un bon moyen de limiter l'ingestion d'une trop grande quantité de sucre, aux effets néfastes.

  • Les légumes secs, déjà mis en avant par la FAO qui a déclaré 2016, « année de la légumineuse », sont à privilégier! Lentilles, fèves, pois chiches, haricots rouges... sont sources de protéines, de fibres, vitamines et minéraux  variées, notamment le fer, sont très abordables en terme de prix et de bons goût!  C'est le moment d'en profiter !

  • Les féculents et céréales complètes et semi-complètes, c’est à dire le moins raffinées possibles sont à favoriser. On limite le pain blanc au profit des pains traditionnels aux farines anciennes, et on passe aux pâtes et  riz complets... En plus, vous y gagnerez au goût et serez plus vite rassasiés!

  • Côté viande, la limite de 500 g par semaine est toujours d’actualité, et cela dit, vu que les volailles ne sont pas prises en compte dans ces 500 g, ce n’est quand même pas difficile à tenir, selon moi !  En plus, mieux vaut en manger moins souvent et se faire plaisir, n'est-ce pas! Et quand à la charcuterie, la limite de 25 g par jour doit vous inciter à ne pas multiplier la consommation de saucisses, pâtés, rillettes et autre saucisson dans la même semaine. Pour cela il vous suffit de ne pas dévaliser le rayon de votre charcutier et de varier vos achats, avec volaille, poisson et oeufs, sans oublier de bons plats végétariens pour le soir !

  • Concernant les poissons, deux « portions » par semaine était déjà la quantité proposée. Dommage, car le poisson, c'est "light" en calories! Mais l'idée est de limiter l’exposition aux métaux lourds. Et comme ceux-ci se concentrent dans les gros poissons, situés en fin de chaîne alimentaire, on profitera des petits poissons, comme les sardines, maquereaux... riches en omégas 3 et qui plus est, très abordables pour le porte-monnaie.

  • Pour finir, la question du niveau de contamination des aliments est enfin abordée et l’ANSES nous invite à diversifier notre régime alimentaire et les sources d’approvisionnement. Pour ma part, j’irai même plus loin, en vous incitant à acheter le plus possible d'aliments « bruts » , c'est à dire non transformés, et à les cuisiner vous même... Vous limiterez ainsi les additifs quels qu’ils soient, et profiterez d’avantage du bon goût des aliments !!!! 

Et si vous manquez d’idées pour cuisiner au quotidien,

allez donc chercher l'inspiration sur:

Vous souhaitez maigrir,

faire face à une pathologie ou simplement apprendre

à mieux vous nourrir,

je vous propose:

- des consultations individuelles

- des ateliers cuisine

- des ateliers pratiques d'éducation nutritionnelle

Pour en savoir plus...

Services aux particuliers
Services aux professionnels 

Vous souhaitez faire intervenir un professionnel de la nutrition pour aborder un thème lié à l’alimentation, pour des actions de prévention ou pour toutes autres interventions ponctuelles.

 

Contactez-moi!

Actualités
Me contacter

Consultations

à votre domicile ou

sur votre lieu de travail

Téléphone:

06 22 48 62 17

Join us on Facebook & Twitter

  • w-facebook
  • Twitter Clean
  • w-googleplus

© 2023 by ORGANIC. Proudly made by Wix.com

This site was designed with the
.com
website builder. Create your website today.
Start Now